Canada's NDP

NDP

7 octobre 2019

Vaughan et les libéraux ne peuvent échapper à leurs promesses creuses sur le logement abordable

En juin, le Bureau parlementaire du budget, qui est indépendant, a constaté que le plan de logement de Justin Trudeau et Adam Vaughan dépense 19 % de moins en pourcentage du PIB que le faisait le plan des conservateurs.

Depuis, Adam Vaughan a fait des efforts supplémentaires pour discréditer l'analyse indépendante du DPB.

Mais ce n'est pas seulement le DPB qui affirme que les libéraux ont échoué.

David Hulchanski, professeur à l'Université de Toronto, a déclaré que « le Parti libéral et même la SCHL ont mélangé tous ces éléments pour en en tirer de grandes quantités, comme si une grande affaire était en cours. Mais il ne se passe pas grand-chose en ce qui concerne les besoins en matière de logement et les dépenses actuelles pour le logement représentent toujours un pourcentage historiquement faible du budget fédéral. »

Hulchanksi a également décrit la stratégie du logement comme « un stratagème de relations publiques ».

En août, Vaughan a affirmé qu'une vente planifiée des terres de Queens Quay sans logements abordables n'était pas entre les mains du gouvernement. La semaine suivante, les libéraux ont fait marche arrière face aux pressions de Jagmeet Singh et du conseiller Joe Cressy.

Entre-temps, à Toronto, il ne reste plus aucun quartier où une personne qui travaille à temps plein au salaire minimum peut se permettre un modeste appartement d'une chambre à coucher.

Avec un bilan aussi peu reluisant, il n'est pas étonnant que Vaughan et Trudeau se soient fait prendre à gonfler le nombre de logements « à l'avantage de la rhétorique ».